Baru nous mène en bateau, 5 et 6 juillet puis du 10 au 13 juillet 2019 – COLOMBIE

Vendredi 5 juillet : Après avoir déposé les copains à l’aéroport, nous voici partis en direction de la playa blanca, isla de Baru. En réalité je pense qu’ils l’ont fumé cette île car c’est une presqu’île. La plage était un peu galère à trouver et on ne peut y accéder qu’à pieds. Il a donc fallu négocier le prix pour dormir sur le parking.

Ça y est nous l’avons notre plage caribéenne avec le wahou effect ! Celle-ci est telle qu’on les imagine : dsu sable fin très clair et une eau cristalline et translucide et turquoise ! On l’a enfin trouvé notre vision de carte postale ! C’est la fin de journée on est un peu fatigué donc on n’en profite pas des masses.

Samedi 6 juillet : Mais quelle nuit pourrie ! Ça faisait drôlement longtemps que nous n’avions pas aussi mal dormi. Entre la chaleur, le bruit, le chien qui aboie et Pierre en allergie… On n’a assez peu dormi. Pierre s’est levé plusieurs fois pour allumer le rafraîchisseur d’air mais primo ça n’engendre pas vraiment de froid et segundo c’est très bruyant !

Du coup avant 9h nous étions déjà en train de nous baigner. Il n’y avait personne à cette heure. Nous avons pu profiter des eaux lipides pour mettre nos masques de plongées. Nous avons pu observer les fonds marins et avons découvert tout un tas de beaux poissons, pas très gros pour l’essentiel. Il y en a à pois, à rayures, avec une seule couleur, ou deux, des couleurs vives et des gris ou des noirs. C’était super de pouvoir les contempler aussi facilement.

Vers midi la plage commençait à être bondée et la chaleur était à son apogée. Aussi nous avons décidé de ne pas rester tellement plus longtemps, malgré nos 2 parasols. Nous sommes donc revenus vers Cartaghène.

Phots Playa Blanca

 

Après quelques jours sur Carthagène, et, désormais, sans véhicule, nous réfléchissons à notre programme. Et si nous partions plusieurs jours sur une île paradisiaque, au bord d’une mer cristalline où nous pourrions snorkeller facilement pour observer les fonds marins ?

On a super envie de faire ça donc on enchaîne les « agences de voyage » (rien à voir avec les agences françaises). Ici chacun travaille pour son hôtel. Nous sommes donc allé chez un gars, qui se dit agence et qui t’emmène chez ses « partenaires » (on suppose qu’il touche une commission vu qu’il reste dans le bureau pendant qu’on discute des offres).

Je pense qu’il nous a clairement pris pour des américains ou alors il a pensé qu’on était de la famille des Rotdschild ! En effet le premier endroit où il nous a emmené n’a à vendre qu’un type de séjour. Le prix d’entrée de gamme était de 300€ la nuit. Ensuite il nous a emmené voir un vieux bureau miteux, crasseux. Déjà, d’aspect ça nous emballait pas mais leurs tarifs non plus. Finalement, il a appelé l’un de ses contacts pour avoir quelque chose d’encore moins cher. Ça paraissait un peu cher mais bien plus accessible. Mais on a commencé à se dire que tout cela sentait un peu l’arnaque à touristes donc on a fini par laisser tomber les agences.

Nous avons fait pas mal de recherche sur Internet et, avons pris contact avec un hostel sur Baru. C’est une chaîne qui a plusieurs hôtels en Colombie (Cartagena, Bogota, …). Ils nous expliquent comment faire pour accéder à cet endroit. Après deux, trois mails nous leur confirmons notre souhait de vouloir séjourner dès le lendemain sur l’île.

Le jour J nous nous rendons, comme demandé, dans leur hôtel de Cartagena de las Indias pour un départ en bateau jusqu’à notre destination.

Et là, la sensation d’être dépendant d’eux a commencé. Finalement on ne partira pas en bateau parce que la mer est trop agitée. Donc ce sera taxi et mini-bateau les 5 dernières minutes pour arriver au point de chute. Le prix, néanmoins reste le même. La seule différence c’est que nous devions débourser une taxe pour le port (34000clp pour 2, soit 9,45€) et qu’elle se transforme en 25000 (6,94€) à payer pour on ne sait pas quoi. Nous avons donc payé 100 000clp (27,79€) par personne pour le trajet aller/retour, le repas du midi et le cocktail de bienvenue

Après une bonne demie-heure nous partons. Une fois arrivés à Baru le chauffeur nous laisse auprès d’un ponton où nous attend une lancha (petit bateau). Quelques minutes plus tard nous arrivons sur notre petite île mais avant toute chose il faut payer la lancha (les fameux 25000 sortis de nul part).

Nous nous enregistrons et prenons possession de notre chambre. OOOOh my god…. Primo il n’y a pas de fenêtre, que des trous dans les murs, avec moustiquaire ou persienne. Segundo ce sont deux lits indépendants avec chacun sa propre moustiquaire et tertio il n’y a pas de clim juste un ventilateur de plafond. Quant à la propreté je n’aborde même pas le sujet. Les draps sont tachés, les oreillers moisis,le sol c’est du béton sale, et les « piquets » pour mettre les moustiquaires des fers à bétons. Et pour couronner il n’y a pas de serrure à la porte : tout le monde peut entrer à sa guise. Ah oui là c’est sur on est loin de la version paradisiaque espérée. On redescend pour s’installer au bord de la plage et débuter ces quelques jours farniente en précisant à la réceptionniste qu’on ne restera finalement que deux nuits sur les 3 prévues initialement.

Alors que la journée se terminait et que nous avions dîné, nous n’avions toujours pas vu la couleur de notre cocktail de bienvenue. Il a fallu que nous le réclamions.

En fait ça pourrait être un super lieu si seulement ils se donnaient la peine de travailler plutôt que de rester toute la journée sur leurs chaises à écouter de la musique ou à être sur leur téléphone. L’ensemble du complexe manque d’entretien et de nettoyage. Les nappes où on prend tous les repas sont tâchées et poussiéreuses, les tablettes accrochées aux parasols sont cassées et/ou mangées par des bêtes, les chaises sont incrustées de sable et sur le bord de plage ils ne nettoient pas les petits débris végétaux que ramènent les vagues.

Un autre point négatif c’est que nous sommes littéralement pris par les c……. car toute notre nourriture dépend d’eux. Il n’y a pas de marchands, que des hôtels. Les prix sont donc extrêmement élevés. Par exemple un plat du midi coûtait en moyenne 30 000clp (8,34€) alors que dans tout le reste du pays nous avons fait des almuerzos entre 8000 et 12000 incluant boisson et soupe. Ici c’est juste un plat. L’eau coûtait 3500 alors qu’en ville c’est 500 ou 1000. Bref c’est franchement exagéré.

Néanmoins, nous avons pleinement profité du cadre avec une superbe vue et pas de bruit ! Et l’eau était tellement chaaaauuuude…wahou…. Nous avons pu, comme nous le souhaitions, snorkeler et observer divers poissons.

Pour la petite histoire : nous descendions pour aller nous doucher. Alors que je prenais place Pierre m’a dit : N’espère pas trouver un mitigeur eau chaude, eau froide ici. Ca nous a bien fait rire mais nous avons fini par exploser de rire quand je lui ai répondu : en effet pas de risque car il n’y a pas de bouton, juste une ficelle en crin tressée à tirer pour que l’eau arrive. On a ri, mais on a ri !!!! Et puis on s’est aperçu que l’eau ne s’évacuait pas et Pierre ajouta : C’est une évacuation naturelle, par la porte sans doute !!!

Le lendemain, impeccable il n’y avait pas de flaque d’eau à l’entrée. Par contre un crapaud se trouvait là !Il cherchait sans doute le frais ! Décidément cette douche nous aura bien fait rire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *