Cueva de los Manos, 14 Noviembre – ARGENTINA

Nous avions prévu un départ du campement à 9h. Évidement c’était sans compter sur le réveil qui n’a pas sonné car il s’est éteint dans la nuit (plus de batterie). Résultat, réveil en catastrophe à 8h22. Au final nous quittons, ainsi que Jean et Nicole, le camp vers 9H05 tandis que la famille Teissuenos est partie en amont. Une fois arrivés au site, Marco nous explique que les visites ne se font que toutes les heures. La prochaine sera donc à 10h. Dire que nous aurions encore pu dormir !!! Ah ah ah !

Le site est vraiment fabuleux. Et c’est aussi en partie grâce à notre guide Jessica. Elle a bien pris le temps de nous expliquer, de reformuler ; Elle a utilisé des mots assez simples pour que nous comprenions tous bien. C’est extraordinaire l’état de conservation de ces peintures rupestres alors qu’elles sont à l’air libre.

Ces fresques ont été réalisées à diverses périodes et on peut apprécier la différence entre chaque période.L’ensemble est constitué de peintures de main en négatif (c’est-à-dire que la couleur est à l’extérieur du dessin). Les pigments naturels sont uniquement minéraux. Il y a une pierre qui, selon la température à laquelle elle est chauffée donne des couleurs différentes variant de l’ocre au rouge, puis au violet et enfin au noir.

On y voit également des scènes de chasse individuelle (au début du chemin) mais aussi des scènes de chasse en groupe. L’animal chassé est la guananco. Les hommes chasseurs-cueilleurs de l’époque ont également représenté des guanacos femelles pleines avec une Lune pleine, annonciatrice des naissances. Il y a de rares représentations d’animaux : des pattes de choique (autruche) en négatif, un geiko, un lézard, des tatous, un puma et des peaux de bêtes.L’homme n’est pas très présent hormis en tant que chasseur ou cette incroyable représentation humaine dansant.

Nous sommes restés quasiment deux heures, à flanc de collines, pour contempler ce trésor d’histoire. La vue est superbe car les falaises se situent dans un canyon désertique avec seulement le rio Pinturas qui le traverse.

La guide nous a dit que nous avions de la chance niveau météo puisque la semaine passée il neigeait ! Heureusement pour nous le Soleil est bel et bien là aujourd’hui, et le vent aussi d’ailleurs.

Pour sortir du site et nous diriger vers la ville de Perito Moreno (quelle drôle d’idée d’appeler un glacier et une ville du même nom….) nous avons emprunté une route en ripio assez difficile car pentue. La personne de l’accueil du site nous a dit qu’il fallait bien prendre de l’élan pour pouvoir franchir les collines. Nous voici donc parti en mode formule 1 avec JeanJean Prost en pôle position, suivi de Marco Schumacher et en voiture balai, Pedro Loeb. Ah ah ah ! JeanJean Prost a tellement pris d’élan qu’il a oublié de s’arrêter au spot prévu pour le déjeuner ! Ce n’était pas très grave, nous n’avons pas peiné à trouver un autre coin sympa pour manger.

Galerie photo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *