De Nasca à la Cordillera Blanca, du 25 Février au 06 Mars 2019, PEROU

Alors, maintenant qu’on a fait le Machu Picchu et Nasca que nous reste-t-il de beau à voir ?

Il paraît que la Cordillera Blanca « vale la pena ». Alors allons-y !!

Nous quittons donc Nasca et prenons la route côtière. Il paraît qu’il faut être très vigilant sur cette portion de route (du Sud de Lima jusqu’à Barancas) car il y a des attaques à mains armées dans certains villages ainsi que de nombreux vols et des dégradations. Bien souvent la population visée par ces méfaits est le touriste.

On choisit donc de beaucoup rouler pour éviter de passer trop de temps dans cette zone et on fait très attention aux spots où on s’arrête.

Nous avons passé deux nuits sur un parking d’école de kitesurf. Un lieu très sympa. Nous étions contents de re-voir l’océan et de re-trouver un peu de chaleur…un peu moins les bêbêtes qui nous piquent bras et jambes !!

Photos Kangaroo KiteSurf School

 

Ensuite nous voulions passer la nuit sur un parking sécurisé à Lima où la majeure partie des voyageurs se rendent. Nous y étions pour la pause déjeuner mais après que le type nous ai doublé le prix de la nuit par rapport aux autres voyageurs et après s’être aperçu que rouler dans cette capitale est véritablement un enfer nous avons pris la décision de fuir plus au Nord. Bien que la route eut été longue et laborieuse nous avons pris quelques instants pour rire : entre la pompe à essence sur le terre-plein central, les fichus dos d’âne, les vendeurs de glaces, et autres bouibouis, qui zigzaguent entre les véhicules et le marché sur le bord (plus précisément sur la bande d’arrêt d’urgence) il me semble que nous avons vu le pire du pire en terme de dangerosité. Vous me direz qu’on dit ça à chaque fois, mais il me semble que, cette fois, on ne peut pas faire pire. L’avenir nous le dira !!

Photos Lima

Nous avons dormi chez un colombien qui tient un resto le long de la Panaméricaine. Il est en train de faire un grand espace pour accueillir les voyageurs. Nous y avions une superbe vue sur l’océan mais l’accès n’était pas facile donc seuls Pierre et Marco sont descendus !

Nous avons passé la nuit suivante dans l’enceinte d’un EcoLodge à tendance hindoue ! C’est un lieu très surprenant ( merci la procession chamanique à 5h00!!) et très calme.

Photos EcoLodge

Puis la route de montagne a commencé, avec un spot à 4100m d’altitude. Au réveil une vue vraiment extra-ordinaire. Nous étions au-dessus des nuages et nous apercevions l’ensemble des sommets enneigés qui forment la Cordillera Blanca. Ici les sommets flirtent avec des altitudes inimaginables : ils dépassent quasiment tous les 6000m !

Photos montagnes + route jusqu’à Chavin

Après en avoir pris plein les mirettes nous nous sommes rendus dans un site archéologique pré-incas, qui date d’avant JC et qui est classé auprès de l’Unesco. Au premier abord le site ne paie pas de mine. Il est assez mal mis en évidence et son état de conservation est vraiment limite. Mais à la fin de la promenade on peut entrer dans les labyrinthes souterrains, ce qui égaient et animent un peu le site car pour le reste on ne voit rien et on ne peut pas entrer. La cerise sur le gâteau c’est le muséo. Le billet d’entrée au site inclus le muséo. Celui-ci est tout récent, épuré, clair et concis et surtout on y retrouve des pièces essentielles comme les figures mi-humaines mi-félines, les colonnes sculptées, les obélisques et autres pièces ornées absolument incroyables pour l’époque. Le petit film explique bien les différentes étapes de construction et les différentes interprétations du site.

Photos Chavin + Musée

Nous avons dormi auprès d’une école, sur le trajet car la route aller était déjà très éprouvante (on monte et on descend et on touuuurne !)

Lundi, nous nous sommes rendus à Huaraz. Les Teissuenos ont laissé leur camions au garage Mercedes pour de petites réparations. Nous sommes partis tous les 6 en ville avec Ornicar. et avons déjeuné tous ensemble au resto pour fêter l’anniversaire de Christel. Nous avons profité d’être au centre-ville pour faire quelques achats au marché. Puis retour au garage. Finalement, leur camion n’est pas prêt et nous avons décidé de faire installer des lames supplémentaires sur le châssis d’Ornicar car on en a un peu marre de se dandiner à chaque lomada (dos d’âne). Ça doit bien vous faire sourire mais ici il y a un dos d’âne tous les km, voire moins et même sur l’autoroute !! Quant aux trous….on a rien à ajouter à ce sujet !

Le mécano ne pourra s’occuper d’Ornicar que demain matin, à partir de 7h30, et comme nous ne savions pas où dormir (lieu safe et tranquille – c’est Mardi gras demain et c’est la fête au village !) le propriétaire du garage nous a proposé de rester là.

Photos Huaraz et mécanicos

Mardi : nous avons quitté le garage après le déjeuner, direction la Laguna 69. Et là, grosse déception ! Impossible de monter la piste qui va à la laguna. Elle est dans un sale état. On a même pas fait 5km et on doit au moins en faire 25. La question du demi-tour se pose. Devons-nous poursuivre ? Est-ce que l’état de la piste s’améliore ? Finalement on demande à un local qui roule dans une sorte de break. Il nous répond que c’est mieux après, qu’il n’y aura plus de trous. Génial ! Et on repart, sauf que, en effet les trous ont disparu mais la piste est toute aussi pourrie, limite impraticable. Et, qui plus est, les cimes des montagnes sont désormais dans les nuages, ce qui ne nous dit rien de très bon sur la météo là-haut. Finalement, à la majorité nous votons pour ne pas poursuivre l’ascension et trouver un lieu fermé pour la nuit qui arrive. Nous avons visité deux sites. Au premier, les propriétaires n’étaient pas là et les personnes présentes, bien qu’elles connaissent bien le système, ne pouvaient pas prendre la responsabilité de nous diminuer le prix. Nous nous sommes alors dirigés dans un second lieu. C’est le patron qui nous a accueilli. Nous avons essayé de négocier le prix mais il restait ferme. Finalement, je lui ai dit que nous allions partir à l’autre camping car c’était moins cher. Et là, magie, il nous accorde une petite réduction, pour nous retenir. Vendu ! Malgré de sérieuses difficultés à faire entrer Ornicar nous avons passé un bon moment dans cet écolodge (Apu Ecolodge). Le propriétaire nous a donné des framboises, des myrtilles et des pacays (je vous laisse regarder sur Internet!). Nous y avons séjourné pendant deux nuits histoire de bien récupérer de la route et de la fatigue des derniers jours. Le 2nd matin nous avons fait un point avec les Teissuenos, à propos de la Laguna Parone. Cette dernière est inaccessible en camping-car. Il faut prendre un taxi puis marcher environ 45min. Le hic c’est qu’il était déjà 10h passées, et que les sommets commençaient à nouveau à se cacher dans les nuages. On décide, à la majorité de ne pas le faire.

Photos ApuEcoLodge

Au final, heureusement qu’au début de la route nous avons ien profité des paysages et des cimes enneigés car nous n’avons pas pu les approcher de prêt. Nous garderons en tête le réveil incroyable à 4100m au(dessus des nuages, avec l’ensemble des montagnes blanches en fond. C’était vraiment irréel. Mais on est un petit peu déçu de ne pas avoir pu les voir de plus prêt. D’autant que, la légende raconte que l’une de ces somptueuses montagnes auraient inspirés la Paramount.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *