Dernière étape du roadtrip : Carthagène des Indes, du 03 au 16 Juillet 2019 – COLOMBIE

Mercredi 03 Juillet, fin d’après-midi : Nous y voici, nous y voilà. Carthagène. C’est d’ici que nous allons nous séparer de notre fidèle destrier. C’est ici que nous allons laisser notre petit Ornicar pour un mois de voyage en solitaire sur les mers. (http://herewego.fun/le-depart-dornicar-colombie/)

Bon, de manière globale on n’est pas trop branché ville et urbanisme mais à première vue ça en jette ! Des grands buildings blancs faisant face à la mer Caribe c’est plutôt pas mal. Et, en circulant un peu plus en avant on entr’aperçoit le cœur historique avec des grandes murailles, des façades colorées et des églises avec des dômes. Tout ceci s’annonce pas mal !

 

En attendant la visite touristique nous avons un programme chargé. Tout d’abord nous avons RDV avec une famille de français. Ils sont en camping-car également et depuis des mois ils n’ont plus de frigo. Si j’ai bien compris ils s’en sont contentés bonan-malan mais là ils ont vendu le camping-car et les nouveaux acquéreurs ne vont pas tarder à en prendre possession. Ce n’est qu’une question de jours. Nous avons fait le choix de leur rendre ce service parce que nous avions pas mal réfléchi tout au long du voyage à ce frigo. Et il se trouve que l’expérience a fait que nous nous sommes rendus compte qu’un frigo trimix tel que celui-ci n’est vraiment pas l’idéal pour un long voyage tel que le nôtre. Déjà parce qu’il faut recharger très régulièrement le gaz, ce qui n’est pas toujours évident (ex en Équateur nous avons passé plus d’une semaine sans frigo, par plus de 30° : la galère). D’ailleurs cela entraîne un coût. On pense, à la louche, avoir rechargé 3 ou 4x fois plus que les Teissuenos par exemple.

En plus, on est bien obligé d’avouer qu’il était performant mais que comparé à un frigo à compression la température n’est pas régulière et on n’a jamais osé congeler quelque chose de peur que ça dégèle puis regèle.

Bref, on rencontre les nouveaux acquéreurs, on papote et on apérote ensemble, avec une autre famille.

Photos

Jeudi 4 juillet : On se lève pas trop tard pour démonter le frigo et le donner à Philippe.

Ensuite c’est journée surprise. Eh oui ! Pour la seconde fois du voyage je fête mon anniversaire ! Et cette journée restera davantage ancrée dans ma mémoire que celle de l’an dernier alors que nous étions à Ciudad del Este !!!!!!

Les Teissuenos m’ont organisé, en collaboration avec mon cher et tendre amoureux, une journée surprise. Eux ont déjà laissé leur camion depuis quelques jours. Il a d’ailleurs quitté le port. Ils restent à Carthagene jusqu’au 5 puis s’en vont par avion à Bogota puis direction le Mexique !

Nous nous sommes retrouvés en milieu de matinée.

1ere étape : el parque centenario. Nous sommes partis à la découverte des paresseux ! Et nous les avons trouvé. Qu’ils sont mignons ! Ils ont l’air tout doux. Tant leur lenteur est légendaire j’ai presque trouvé qu’ils se mouvaient rapidement. Ah ah ah ! Nous avons vu un gros iguane, lui aussi perché sur les branches d’un arbre. Ensuite nous nous sommes promenés dans les ruelles de la vieille ville. C’est vraiment très agréable. Ici tout est chatoyant, les maisons, les femmes, les souvenirs. La couleur c’est la vie !

2e étape : Nous avons ensuite fait un petit almuerzo tous ensemble. Là j’ai eu le droit de savoir quel était mon cadeau : un mini-séjour à leur hôtel.

3e étape : Nous nous sommes tous précipités à la piscine car la chaleur est écrasante. Les enfants avaient même préparé un petit spectacle aquatique personnalisé :roulade dans l’eau=pneu Michelin neuf et roulade raté = pneu éclaté ! )

Ultime étape : Nous avons terminé la journée par un apéro-pizzas-bières-vin-belote ! Et nous avons maté les garçons, et toc !

Nous avons vécu un grand moment de plaisir dans ce lit taille normale non collé aux murs…quant à l’air conditionné je vous laisse deviner !!! Quel pied ! Quel super cadeau ! Quelle journée inoubliable ! Je n’aurais pas pu rêver mieux ! Comme dirai Maxime : c’est mon plus bel anniversaire de toute ma vie !

Photos

Vendredi 05 juillet : Quel régal ce petit-déjeuner à l’hôtel : jus de fruits frais (mûres), salade de fruits (banane, pastèque et papaye), crêpes maison, tartines avec confitures maison (ananas ou mûres) et en plus nous l’avons partagé avec nos copains de voyage. Le summum du bonheur !

Après quelques plouf dans l’eau il était l’heure de quitter tous ensemble les lieux. Nous déposons les copains à l’aéroport. Drôle de sensation que de se quitter là, comme ça.

Évidemment la séparation ne s’est pas faite sans larmes. Nous avons tant partagé ensemble. Ce voyage sans eux aurait été différent c’est certain. Qui sait ? On n’aurait peut-être pas tenu un an ? Si ça se trouve au bout de 6 mois on serait rentré ?

Et qu’aurions-nous fait de nos soirées ? Et surtout comment aurions-nous planifié et organisé notre voyage sans eux ? Nous n’avions pas un seul guide, ils les avaient tous, et parfois en double. Et, ils les avaient déjà potassé un brin avant le voyage. Alors que nous…..nous sommes davantage en mode freestyle !!!!

Après ces quelques larmes nous voici partis en direction de la playa blanca, isla de Baru. 

http://herewego.fun/baru-nous-mene-en-bateau-5-et-6-juillet-puis-du-10-au-13-juillet-2019-colombie/

Samedi 6 juillet : préparation du camion (http://herewego.fun/le-depart-dornicar-colombie/

Dimanche 7 juillet : nous partons assez tôt le matin à la conquête de la ville. Il fait très chaud donc on prend direct un taxi pour nous emmener de notre spot au Castillo San Felipe. Il est 9h30 et on n’en peut déjà plus de la chaleur. Tandis que nous nous apprêtions à faire la queue pour visiter le château un prestataire de tourisme nous interpelle. Il nous propose une sorte de package. Pour 60 000clp/pax (16.70€) il nous propose une visite guidée du château, et d’autres sites touristiques et le tout en circulant en shiva. On hésite longuement, toujours tiraillé par la peur de l’arnaque et puis finalement on se laisse tenter. Nous attendons la shiva tout en se disant qu’elle ne viendra peut-être jamais et qu’on se sera fait entuber comme des débutants. Mais finalement elle arrive. On est comme des gosses devant un cadeau de Noël. Nous sommes super contents de nous promener en shiva et de nous faire trimballer sans avoir besoin de réfléchir.

On commence par un stop aux Zapatos viejos. Ça fait la queue pour la photo et les gens sont d’un sans-gêne incroyable. Enfin c’est notre esprit d’européen qui nous fait dire ça car personne ne dit rien, tout le monde apprécie cette anarchie. Tout le monde est sur la photo de tout le monde. Bref, nous avons finalement attendu qu’ils s’en aillent pour pouvoir réaliser nos jolies photos, et sans personne autour, et toc ! Ensuite la shiva nous a promené dans certains quartiers de la ville : Manga avec ses maisons de type coloniales et républicaines, puis on s’est arrêté pour faire quelques photos de Laguito, à côté de Bocagrande. Après cela, nous nous sommes rendus dans une bijouterie spécialisée dans l’émeraude. Pourquoi dans les visites touristiques il y a toujours un stop commercial qui n’a rien à voir ?

De là nos avons traversé la route pour nous rendre au château. La visite guidée était plutôt sommaire. Nous n’avons pas appris grand chose hormis qu’il n’y avait pas de donjon car ce n’était pas une résidence seigneuriale mais un bâtiment à vocation militaire (défensif) uniquement. Il devait protéger la ville des incursions des pirates. Ceux-ci provenant essentiellement d’Europe (France et Angleterre), attirés par les richesses du nouveau Monde.

Pour clore cette matinée de visites nous avons commencé un petit tour à pieds dans le centre historique mais nous avons fini par lâcher le groupe car le guide ne parlait plus et cela faisait 10min que nous attendions je ne sais quoi sur une des places. En plus c’était l’heure de l’almuerzo !

Nous sommes retournés là où nous avions déjeuner avec les Teissuenos. C’est devenu notre cantine. Ils sont mal organisés mais c’est bon, pas cher, aéré et proche de notre hôtel. What else ?

Après cette matinée très active, sous un soleil de plomb nous sommes retournés à l’hôtel.

8, 9 et 10 juillet : les matinées étaient consacrées à Ornicar et à son dépôt au port avec toutes sortes de formalités : http://herewego.fun/le-depart-dornicar-colombie/

Le 10 juillet nous avons dû changer d’hôtel car Casa Relax n’avait plus de chambre dispo pour nous. Nous avons donc réservé via booking.com un autre hôtel. Tandis que Pierre était au contrôle anti-narcotique au port moi je devais me rendre au nouvel hôtel. C’était sans compter une erreur d’adresse. En effet l’adresse sur booking.com n’était pas la bonne. Par 35° chargée de deux sacs et sans internet j’ai tourné en rond pendant trente minutes. Finalement je suis retournée devant notre hôtel habituel pour avoir du réseau et demander à Pierre la bonne adresse. Heureusement celui-ci n’était vraiment pas loin mais en tout et pour tout j’ai bien dû mettre une bonne heure pour me rendre à 600m de l’hôtel initial. J’étais en transe en m’installant dans notre nouvelle chambre. Et là nous avons découvert notre superbe piscine-pédiluve ! Une blague ! Impossible de faire une brasse ! Mais bon, c’est toujours mieux que rien.

Samedi 13 juillet  au jour du départ : Après notre séjour sur Baru nous sommes contents de retrouver notre hôtel familial Casa Relax. Nous y restons d’ailleurs jusqu’à notre départ le 16. L’hôtel est situé dans le quartier Getsemani. Un très beau quartier hyper coloré et très vivant. Nous sommes à deux pas du centre ville. Nous faisons notre petite sortie quotidienne pour acheter de l’eau, des bières mais aussi à la recherche des derniers souvenirs. Bref on se promène, on prend le temps, on découvre, on vit nos derniers moments.

Samedi soir il y avait une scène de montée pour des concerts gratuits. Nous avons assisté à l’un d’eux et à 21h ils pliaient déjà tout. Ca nous a paru drôlement tôt. Une fois bien installés dans notre lit, à l’hôtel, on a entendu les musiques reprendre…jusqu’à au moins minuit, voire plus !

Le lendemain, en milieu d’après-midi, nous nous sommes dirigés à pieds vers le quartier  Bocagrande, à la recherche d’un bar situé au 51e étage d’un building. Nous en avons pris connaissance grâce à notre application Ioverlander. Nous nous sommes rendus aux pieds du bâtiment colossal. Nous avons ensuite pris un 1er ascenseur jusqu’au 15e étage, puis un second jusqu’au 49e puis les deux derniers étages sont à faire par les escaliers. Et là c’est tout bonnement incroyable. Ça nous coupe le souffle. C’est assez vertigineux. Pour moi pas de problème mais il a fallut à Pierre quelques secondes d’adaptation. Nous nous sommes ensuite installés à la terrasse et avons commandé deux cocktails. La vue à 180° est ahurissante. C’était très beau de voir sur la même imae le coeur historique, les buildingsn les murailles, les plages et les ports.

 

Ah oui j’oubliais ! Le prestataire qui s’occupe du transfert d’Ornicar. Ben il nous a pas fait payer le bon prix. On a reglé quasiment 4x moins que la somme estimée. E t ce n’est pas faute de leur avoir demandé pendant les 3 jours. Nous pensons que c’est parce que le boss n’est pas là et que les petits jeunes ne sont pas très organisés. Malheureusement 3 jours plus tard ils se sont aperçus de leur erreur. Quand le boss est revenu sans doute. Ils ont repris contact avec nous. On va être obligé de leur payer la totalité sinon nous ne serons pas en conformité administrative et nous craignons que cela n’impacte la récupération d’Ornicar à Zeebruge. Dommage, c’était une erreur qui nous aurait bien convenue ! Payer 600€ au lieu de 2100 ça nous rendait assez joyeux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *