El Parqué Nacional del Bosque Petrificado, Martes 9 de Octubre, Patagonia, ARGENTINE

Nous n’avons pas publié d’articles sur le week-end précédent (après la pinguinera) car le lieu ne valait pas un article. Pour faire bref nous avons quitté notre spot idyllique le samedi matin. Nous avons de nouveau acheté des gambas-langoustines au petit mini-mercado de Camarones. 2Kg cette fois car nous nous sommes vraiment régalés la première fois.

Bon appétit !

Ensuite direction Commodores Rivadavia. Une ville qui s’est enrichie grâce à l’industrie pétrolière. Il y a d’ailleurs un musée du pétrole, qui d’après nos compagnons français, vaut le détour. Nous nous sommes rendus dans la banlieue huppée de la ville pour se poser. Nous y sommes arrivés assez tard car nous avons pas mal traînés en ville (recherche d’un drap depuis l’achat de la couette, panaderia (boulangerie), recherche d’un jean pour moi, des courses, etc.). Et je vous le donne en mille, qui était déjà là, toutes fenêtres fermées vu qu’il était 21h30 ? Les Teissuenos !! La nuit a été assez compliquée. Malgré le quartier vraiment BCBG nous avons dû changer d’emplacement vers 1H45 car un des résident fêta bruyamment son CUMPLEANOS (anniversaire). Le taux d’alcoolémie, sûrement assez élevé, les fit chanter et crier à tue-tête dehors alors que la température extérieure, quant à elle, était assez basse (sans doute plus basse que leur taux d’alcoolémie).

D’après une source fiable (d’origine française) la policia serait passée plusieurs fois et les invités ont été déposé puis récupérés tôt le matin.

Nos amis français sont partis le dimanche matin et nous le lundi après être allés acheter de quoi fabriquer des bavettes sur-mesures pour les roues d’Ornicar. 

 

L’après-midi nous avons roulé direction le Bosque Petrificado.

Et sur le ripio, vers 19h30 qui croisons-nous ? Nos lyonnais préférés !! Eux quittaient le parc et nous ont annoncé que de la pluie était au programme le lendemain et que vu l’ état du ripio ils préfèraient aller dormir à la prochaine station-service de peur de rester bloquer dans la boue. Miiiince… Nous n’avions pas prévu cela. Nous avions déjà fait une vingtaine de km sur ce ripio et il en restait 30 pour atteindre l’entrée du parc.

Choix machiavélique :

                • rester et prendre le risque d’être bloqués plusieurs jours
                • partir et ne pas découvrir ce site exceptionnel

On est des aventuriers ou pas ? On est venu là pour rouler ou pour découvrir des choses extra-ordinaires ? On n’est pas des tapettes ! On dort là, advienne que pourra ! Au pire nous avons des pâtes pour une semaine !! Ah ah ah !

La difficulté principale a été la recherche du spot, en cas d’averse il fallait pouvoir sortir facilement et reprendre rapidementle ripio (éviter la glaise en fait).

Mardi matin : personnellement je n’ai dormi que d’une oreille. Je veillais le bruit de la pluie qui n’est jamais venue ! A 7h00 branle-bat de combat. Direction le parc national. Le Guardaparqué était vraiment super. Il nous a expliqué beaucoup de choses avec des phrases simples et il a pris le temps de répondre à nos questions. Grâce à lui nous avons appris que, il y a 65 millions d’années, suite à l’explosion du volcan Madré y Hija, tout proche, les arbres ont été couchés par le souffle. Ensuite ils ont été recouverts de cendre. Et c’est un mélange entre la cendre, la silice et le souffre qui a donné ce résultat de pétrification du bois. En d’autres termes le bois s’est fossilisé. C’est impressionnant à voir. L’état de conservation du bois est incroyable. On retrouve les effets de texture mais c’est désormais de la pierre. Dans le parc national il y a quelques exemplaires de tronçons de pie (debout), malheureusement ils ne sont pas visibles le long du sentier destiné aux visiteurs mais nous avons pu voir quelques photos.

Ça paraît si irréel. La magie des phénomènes et des matières.

Au cours de notre promenade sur le sentier nous avons été littéralement été balayés par un vent incroyablement fort et, comble du comble, au mirador de la neige ! Oui Oui ! Pas de quoi faire un bonhomme mais tout de même ça surprend 🙂

Photos bosqué

Un tatou, ici on appelle cela un Armadillo

Un Guanaco

Un tatou, ici on appelle cela un Armadillo

Photos museo (fossiles)

 

A la sortie du parc nous avons été pris dans une mini-tempête de neige mêlée de grésil. D’ailleurs on n’en a perdu un essuie-glace.

Puis en quelques minutes la météo s’est calmée, enfin la pluie-neige-grésil s’est arrêtée mais le vent non. Nous avons déjeuné à la station YPF la plus proche. C’est la seconde fois que nous ne pouvons pas faire le plein d’eau. On croise les doigts pour que la prochaine soit la bonne car nous avons bien consommés ces derniers jours (linge, plus de boisson chaude, shampoings, etc).

Puis reprise de la route direction la route côtière au nord de Puerto San Julian.

Une réflexion sur “El Parqué Nacional del Bosque Petrificado, Martes 9 de Octubre, Patagonia, ARGENTINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *