La Fiesta à Arica, du 25 au 27 Janvier – CHILI

Nous sommes arrivés à Arica en fin de journée. Sur notre trajet vers le spot nous avons été interpellé par de la musique..et pour une fois ce n’était pas ce foutu reggaeton ! Mais une batucada avec des danseurs et des danseuses. Wahou ! Quel beau spectacle improvisé. Les danseuses sont si souriantes. Elles remuent leur grand jupon qui virevolte au son de la musique. Et ces musiciens qui sont totalement en osmose avec ces mélodies gaies qui invitent à la danse et à la fête.

Nous avons ensuite repris notre chemin, bien que, personnellement, j’aurai pu rester à les regarder pendant encore un bon moment.

Le spot n’était pas des plus sensationnels. La vue était jolie mais il y avait pas mal de voitures et on était vendredi soir. On savait pertinemment qu’on allait être dérangé par le reggaeton. Et ça n’a pas manqué. A 6h30 du mat’ il y avait encore des voitures autour de nous avec la musique à balle. GRRRRRR ….Mais ils peuvent pas faire la fête chez eux, ou dans les bars et les boîtes peu importe du moment que c’est loin d’Ornicar.

En début d’après-midi nous sommes partis nous promener à pieds dans la ville.

Photos Arica

Nous avons pu découvrir deux bâtiments de conception française. COCORICO !!Deux bâtiments réalisés par Gustave Eiffel : l’Eglise et l’Aduana. Ces deux bâtiments ont une structure métallique, fidèles aux codes de Mr Eiffel.

Photos Eglise et Aduana

Ensuite nous nous sommes rendus sur la place principale, attirés par l’ambiance qui y régnait. Se déroulait ici, sous nos yeux une compétition de skate-boards. Nous avons passé un bon moment à les observer. Allant même jusqu’à faire nos propres commentaires « ah bravo ! Y’a de la prise de risque ! Ça va lui rapporter des points » !! Nous qui n’y connaissons que dal’ avons vraiment apprécié de pouvoir observer comment se déroule une compétition de ce type et la bonne ambiance qui règne entre les participants.

Photos skate

A la fin de la compétition un type nous a donné deux bracelets pour une entrée gratuite en boîte valable le soir même. Trop chouette ! Nous n’avions pas eu l’occasion encore de profiter des nuits nocturnes des villes vu qu’en général on fuit les villes les we !

Toujours sur cette place principale la fête se poursuit. C’est la pré-ouverture du carnaval d’Arica ; La fuerza del Sol. Nous avons assisté aux rituels de bénédictions : des couples venus des différents barrios et habillées en costume traditionnel, lancent des feuilles de coca au centre et arrosent le sol d’eau, puis ils boivent du vin et s’écrient « Ayaya » (aucune idée de l’écriture de ce mot, mais il signifie Félicité). Ensuite chaque femme représentative de chaque barrio prend la parole et exprime ses souhaits pour ce nouveau carnaval, un peu comme une miss représente son département et souhaite la fin de la misère dans le monde.

Puis 5 ou 6 barrios se mettent en place pour danser et chanter. Et on recommence avec les 5 ou 6 « miss » suivantes. Je mets « miss » car il y avait de jolies jeunes filles avec des tenues plutôt courtes mais également des femmes d’âge mûr avec la vraie tenue traditionnelle : le fameux tutu-groculs mais de fête celui-ci !!

Photos ouverture du pré-carnaval

 

Comme la célébration était longue après les 1ères danses nous avons quitté la ville pour aller faire quelques courses puis repérer la fameuse boîte de nuit. Ce n’est pas le tout mais cela signifie que l’on doit laisser Ornicar tout seul pendant une durée indéterminée dans un quartier pas mal fréquenté. Nous n’étions qu’à peine rassurés mais finalement nous avons trouvé un parking pas loin et avec tout plein de voyageurs. Nous y avons laissé la lumière et la musique pour faire illusion.

Il y avait un de ces mondes à l’entrée de la boîte…Notre bracelet nous donnait une entrée gratuite jusqu’à 1h du matin il ne fallait pas trop traîner. Mais la foule était si nombreuse qu’ils ne prêtaient pas trop attention à ce genre de détail ! Nous avions mis les pieds dans l’entrée, non sans mal … et après ? La musique était si forte qu’on avait du mal à s’entendre et à se comprendre. Le type nous demande notre carte d’identité. On explique qu’on est français et il nous laisse rentrer sans problème. Voilà ! Nous y sommes ! On monte même jusqu’au carré VIP où nous avons passé toute la soirée. Ici les videurs ne servent pas vraiment à grand-chose il semblerait….

Nous nous sommes surpris à remarquer qu’ici les jeunes fument dans la boîte, comme chez nous il y a quelques années déjà. Mais heureusement il y avait de grandes ouvertures sous le toit. Et le volume…Oh mon Dieu….on a eu des acouphènes toute la nuit…Malgré cela nous en sommes repartis enchantés par cette expérience : on a reconnu quelques titres internationaux, on a bu de la Corona, on a dansé… Le top quoi !

Nous avons retrouvé Ornicar tel que nous l’avions laissé et avons roulé pendant quelques kilomètres histoire de s’éloigner de la folie de la ville pour pouvoir dormir. On s’est couché vers 4h et c’est vers 10h que quelqu’un a frappé à la fenêtre : nous étions sur son emplacement de travail : un mirador pour observer les oiseaux. Zut ! On se déplace en face. Mais il fait si chaud, plus de 35 qu’on mange un bout de pastèque et direction la plage pour se rafraîchir. Ce fut notre 1er plouf dans l’Océan Pacifique ! Cela nous a fait un bien fou puis nous avons repris la route direction les Thermes de Jurasi à 4100m et enfin la Bolivie pour rejoindre le Lac Titicaca.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *