Medellin, : Botero et la Comuna 13, du 23 au 25 Mai 2019 – COLOMBIA

Nous sommes arrivés en fin de journée à ce qui s’appelle LA CATEDRAL. Ce lieu était autrefois la prison que Pablo s’est faite construire pour y séjourner afin d’éviter l’extradition aux Estados Unidos.

Il était 17h bien passées quand nous y sommes arrivés et nous avons trouvé porte close.

Deux trois choses nous ont interpellé : on ne voit pas de bâtiment religieux (pourquoi appeler ça la cathédrale alors???) et les affichages parlent de personnes âgées et, lorsque nous avons demandé au voisin si nous pouvions dormir devant le portail cette nuit il a dit qu’il appelait le Père.

Mais où sommes-nous ? Qu’est-ce que c’est que ce lieu bizarre aux multiples identités ?

Bon, on verra ça plus tard ! L’essentiel étant que nous puissions dormir sereinement. Et ce fut le cas car le Père nous a proposé de dormir à l’intérieur, sur le parking. Impeccable !

Au final, nous avons fait quelques recherches sur internet. Ce lieu appartient à des moines et fait également office de maison de retraite et d’asile..Mmmhh sympa !

Dans la matinée nous avons pu nous promener mais il n’y a aucune information..bien au contraire. Il y a de la dés-information. Une grande banderole indique que ce lieu n’a jamais était la prison d’Escobar. Sans doute y’a-t-il une sorte de déni du passé ou une volonté de ne plus voir de touristes par ici. C’est un peu dommage ça reste l’histoire du pays. Non pas que je sois fan de ce qu’il a fait mais c’est quand même un sacré personnage. Alors bien-entendu on est un peu curieux de savoir lequel des bâtiments lui servait de bureaux (pour poursuivre ses affaires), dans lequel il dormait, depuis quelle fenêtre il pouvait voir sa fille et sa femme dans leur maison (légende ou réalité???).

Le seul truc qui est bien conservé c’est l’héliport. Lui il est toujours là, bien que, je pense que les moines n’en aient pas grand besoin…..

Il y a une petite rando à faire d’une heure environ pour voir une statue de la Vierge. Malheureusement nous n’avions pas prévu cela à notre planning donc nous en avons fait l’impasse.

Photos

Nous avons quitté le lieu avec tout autant de questions qu’avant vu que la visite n’était pas guidée et qu’il n’y avait aucune information.

Nous nous sommes rendus à la Casa de la Mémoria. C’est un musée très récent, très instructif, très informatif et très documenté sur le Medellin (et sur la Colombie) depuis les années 70 jusqu’en 2016. Ça parle des narcos bien entendu, mais surtout, de manière plus globale, des affrontements, des meurtres, des assassinats, des disparitions : de la violence qui ne cesse de régner dans ce pays.

Il est vraiment très intéressant et pour prendre connaissance de tout il faudrait y passer la journée.

Or nous n’avons vraiment envie de passer la journée dans un musée alors que les températures sont agréables dehors. Cela fait quelques jours qu’il pleut, puis ça s’arrête, puis il re-pleut, etc et tous les soirs on a eu droit à de l’orage.

Photos

Après un bon almuerzo nous avons laissé Ornicar en plein centre-ville dans un parking sécurisé ; Pendant ce temps nous nous sommes promenés sur la place Botero, à contempler les statues rondelettes de Botero. Elles sont vraiment atypiques. Personnellement je les trouve rigolotes avec tous ces petites bourrelets et ces proportions incohérentes. Il y en a environ une quinzaine (à vue de nez). Des hommes, des femmes, et des animaux. J’ai vraiment adoré. Malheureusement, je viens d’apprendre que juste en face se trouvait un musée où sont exposées plusieurs œuvres de l’artiste. Je regrette vraiment de ne pas l’avoir su plus tôt car je pense que nous aurions apprécié cette visite.

Photos

Ensuite, nous sommes entrés dans un grand bâtiment, que nous pensions être une église. Mais quenini, détecteur de métaux et enregistrement à l’entrée. En bon touristes on demande à la dame de l’accueil où nous sommes ; à la maison de la culture évidement – ah, bien sûr (comme si ça coulait de source). Bref on monte jusqu’au 4e et là, wahou une vue incroyable sur les environs. Quelques photos du bâtiment et des environs plus tard nous voici récupérant Ornicar.

 

Samedi midi nous avons rejoint nos copains lyonnais car nous avons programmé une visite guidée de la Comuna 13.

La comuna 13 est un ensemble de plusieurs barrios (quartiers). Cet endroit a été très marqué par la présence, jusqu’en 2012, de milices qui encerclaient complètement le quartier et par plusieurs opérations militaires diligentées par le gouvernement (MAriscal- en Mai, et Orion en Octobre). Aujourd’hui le quartier s’en relève et se réveille. Il a une véritable identité artistique. Il s’est ouvert grâce aux graffeurs et vit énormément aujourd’hui des visites, les grafiti-tours. C’est ce que nous avons fait avec Lina qui y habite. Nous avons déambulé pendant plus de 3h au travers des grafitis. La plupart aborde les thèmes de la violence, de la souffrance mais surtout de la renaissance. Heureusement que Lina nous guidait sur l’interprétation car sans elle nous n’aurions vu que des jolies fresques. Cet endroit s’épanouit par les arts. Certes la peinture murale y règne en maître mais nous avons également vu des jeunes qui rappent, un groupe de jeunes filles qui dansait, et deux autres groupes de garçons qui dansaient eux aussi. 

Contrairement à ce qu’on pourrait croire l’endroit est jovial, festif, coloré, gai. Ils sont en train de se reconstruire et de se forger une véritable image. Après, il est clair qu’on ne sait pas comment cela se passe le soir quand les touristes ne sont plus là.

Photos

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *