Mercredi 04 juillet Brésil – Paraguay

Hier soir, pour la 1ère fois nous avons été recalé au lieu où nous voulions nous installer. C’était un parc avec garde, au bord d’un lac. Il y avait tout pleins de ruelles avec des tables de pique-niques partout et des cheminées pour faire les parillas (viandes grillées).
Il était 20h passées et il faisait nuit noire. Nous étions sacrement déçus que le garde nous demande de partir. Qu’à cela ne tienne ! Nous nous sommes stationnés au niveau du rond point du parc. Comme la route est un cul de sac pour y accéder on y a été tranquille.

Une fois le petit-déjeuner passé nous nous sommes rendus à la frontière brasilo-paraguayenne. Un bazar monstre cet endroit. Des kilomètres de bouchons et une signalétique plus qu’approximative. Ici 3 pays se côtoient (Arg-Bre-Par : cela s’appelle Las Tres Fronteras) et les échanges commerciaux sont nombreux.
A un moment donné on s’est interrogé sur le lieux où nous rendre pour faire remplir le document d’importation temporaire du véhicule. Je me suis informée auprès d’une personne avec une tenue qui me semblait officielle et ça a été la 1ère erreur de la journée mais malheureusement pas la dernière 😥
Après nous avoir accompagné, il n’a cessé de nous coller aux basks, jusqu’à ce qu’on lui file un petit billet. Bien entendu il a quemandé davantage, ce que nous avons refusé. Ensuite nous sommes arrivés à Ciudad del Este. Une ville hypra commerciale avec des boutiques et des bouibouis partout. On se serait cru en Asie !

Ici l’importation de produits de Chine est autorisée donc il y a énormément de produits informatiques et contrefaçons à acheter. Nous recherchions une boutique d’informatique pour voir pour un PC vu que nous avons oublié le nôtre en France. On a levé les yeux vers les enseignes, 2e erreur. Un mec nous a alpagué en nous disant “chez moi parking gratuit”. Vu l’état du quartier on a cru à la bonne aubaine. Une fois le véhicule stationné le type nous tend un ticket. Si on n’achète rien dans sa boutique c’est 20$ le parking. Oui, oui ! On préssent l’arnaque mais comme on veut un ordi et que cette ville est pleine de boutiques, on ne s’inquiète pas plus que ça.
A noter qu’on a réussi à baisser le prix du parking à 10$ en prétextant que même à Paris le stationnement était moins cher.
Il nous emmène donc à sa boutique. Malheur de malheur ! Le rabicoin fait pas plus de 3m sur 3m. Ça commence à puer cette e histoire de parking. Évidemment on ne trouve pas ce qu’on cherche. Ni une ni deux le rabatteur nous emmène ds un autre magasin, puis un 3e. On finit par lui dire qu’on ne parle pas super bien la langue mais qu’on la comprend bien et qu’on n’est pas des idiots. D’un magasin à l’autre ils nous montraient le même ordi mais à 3 prix différents et en mentant sur les configurations. On ne nous la fait pas ! On s’est agacé et on a dit au type qu’on en avait assez. On lui a filé moins de 10$ et on est parti mettre le véhicule plus loin, plus au calme et on a refait quelques boutiques dans l’espoir de trouver l’ordi idéal, moins cher qu’en France. En vain. Nous avons perdu au moins 4h dans cette fourmilière commerciale.

On s’est ensuite posé sur une base de loisirs. Nous y avons rencontré une Suisse qui a voyagé seule et qui, le lendemain, allait récupérer son mari à l’aéroport.

 

 

Là encore c’était l’arnaque. A notre départ on passe saluer le type qui vit là pour entretenir les espaces. Et paf ! Il nous dit qu’il appelle le boss pour le paiement. On tombe des nues. La veille quand on a demandé si il était possible de dormir ici il n’a pas été mentionné de tarifs. On lui a même offert notre dernière bière française et un drapeau français pour le gosse.
Il nous dit que le patron sera là vers 17h
???!?!?!!!?
Impossible pour nous de rester bloqués ici. Donc on lui file les sous.
Avec le recul je suis sûre qu’il s’agit d’une arnaque bien rôdée. Il sait qu’en disant cela les voyageurs sont mal à l’aise car ils ne veulent pas rester immobilisés si longtemps et hop il chope son petit backshish tranquilou 😤

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *