Nos débuts en Bolivie

Nous avons quitté le centre-ville de Corumbá en fin de matinée à destination de la frontière Brésilo-Bolivienne.

Lorsque nous y sommes arrivés quelques minutes plus tard, grosse surprise ! Une queue en serpentin nous accueillait. On se serait cru à Disneyland. Les Teissueños étaient déjà arrivés. Nous les avons retrouvés dans la foule et avons fait la queue avec eux. De leur côté ils se relayaient pour s’occuper du repas et des enfants. Je faisais la queue avec Christelle tandis que Pierre préparait le déjeuner.
On pense avoir attendu environ 1h45 avant que le douanier ne nous tamponne la sortie du Brésil. Ensuite direction la Bolivie pour le tampon d’entrée et l’importation du véhicule. Le 1er a été rapide tandis que la dernière étape aura duré environ 2h. Ce fut long mais ce n’était que le début de nos péripéties.
À quelques kilomètres de là, un checkpoint de police 👮. Ils nous demandent de mettre nos 2 camions sur le bas côté. Ok, ça sent le bakshish 💸 et PAF ! 50bol en moins (1€=8bol). Grrrr. À quelques pas, un péage. On tente une négociation. Bien entendu la jeune femme ne flanchit pas et nous dit que là-bas ce n’était pas un péage et qu’on s’est bien fait arnaquer. Merci mais on s’en doutait bien, pas besoin d’en rajouter. La nuit commence à tomber et on s’installe à notre spot où nous retrouvons Andreas, un Allemand expatrié à Lima qui voyage en T4 synchro. On l’avait déjà aperçu dans le Pantanal et à la frontière ! On a pris l’apéro tous ensemble. C’était sympa de discuter avec un expat’. Il nous a donné quelques conseils en terme de sécurité (attacher avec une chaîne la roue de secours par ex) mais aussi en terme de prix de mécanique et de tourisme ! On le recroisera sûrement 😜

Au petit matin, alors que nous étions toujours au lit, Marc est venu toquer à la porte. Oups, il doit y avoir un problème. De fait. Les papiers de la douane sont erronés. Ces andouilles-là ont marqué qu’il avait un Mercedes alors que c’est un Iveco. On contrôle le nôtre. Une faute également, concernant la date de 1ere mise en circulation. Une erreur de 20 années quand-même ! Bon, pas le choix, on y retourne. D’autant qu’Andreas nous a dit qu’il nous manquait un papier important pour circuler. Un papier qui se fait à la police et c’est pour ça qu’ils nous ont pris 50 bol chacun.
Rebelote. On repasse au péage. Marc a expliqué la situation à la jeune femme. Comme c’était la même elle a accepté de nous laisser passer. Idem pour le check point de police. Le plus long a été à la douane. Une seule fonctionnaire pouvait modifier les informations et elle ne serait pas là avant midi. Il était 10h😱 😒😥😔
L’enfer ! Il me semble que nous avons quitté les lieux vers 13h10. Heureusement, les garçons ont eu le temps d’aller faire quelques courses. On s’est donc arrêté un peu plus loin pour profiter du poulet rôti et de ses accompagnement (riz, pâtes, frites maison , bananes grillées) et de la grosse papaye. C’est la 1ere fois que nous en mangions. Ça sent pas bon mais c’est délicieux !
Ensuite on a bien roulé avant de nous installer dans un camping à Agua calientes.


On a accès à la rivière avec des sources d’eau chaude. C’est très surprenant une eau si chaude (+/-45° qiand même 😎) ! Pierre, Marc et Juliette ont adoré. Le sol est étonnant. C’est du sable et d’un coup hop tu tombes car ça t’ensable. Rien de méchant ni de comparable aux sables mouvants mais ça surprend et ça nous a bien fait rire ! On y retournera sans doute demain matin avant le départ. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *