Prendre de la hauteur…

Jusqu’à présent les paysages étaient relativement plats, hormis quelques cerro qui s’élevaient de quelques centaines de mètres mais rien de très montagnard. Pour atteindre les environs de Cochabamba nous avons gravit une grosse montagne. Nous sommes passés de 200m d’altitude à 3400m dans la journée. Et cela juste en roulant.

Il n’y avait pas de plateau pour que nous puissions faire une halte avant de monter davantage. Nous avons donc dormi à 3400. La vue était superbe.

On a commencé à sentir quelques symptômes liés à l’altitude : l’essoufflement et les douleurs au nez (air sec -> sinusite). Le lendemain, direction Sucre mais c’était sans compter sur le croisement inopiné, sur une petite route, des Teissuenos !!! C’est fou ces hasards ! Trop drôle de se retrouver ici alors que nous n’avions pas prévu les mêmes trajets. Après un café et un récap de nos visites, on décide de reprendre la route ensemble. Finalement, Sucré ce sera pour plus tard. On va les accompagner vers le Parc National de Sajama. Marc souhaite grimper en haut du volcan ( + de 6000m) et dans les environs il y a des geysers  et des flamands roses, donc on tente l’aventure !

Comme ils avaient quelques courses à faire nous ne nous sommes pas suivis mais on s’est retrouvé au spot du soir (dans le lit d’une rivière quasi-sèche).

Ce n’était pas prévu mais pour nous y rendre nous avons dû traverser Cochabamba, merci le GPS… Quelle galère ! Ce n’est vraiment pas évident de traverser les villes avec le camping, surtout quand c’est le marché. Heureusement pierre a son permis-pilote-international-urbain !! parfois on se demandait si nous n’empruntions pas des routes en sens unique… Mais c’est toujours passé, avec quelques sueurs froides certes, mais on s’en est sorti.

Ce city-trip a été l’occasion de prendre quelques photos bien colorées (maisons, bus, marchands de rue, …)

Le lendemain matin j’étais un peu patraque, mal dormi, sinusite, etc. Nous décidons de ne pas partir en même temps que les Teissuenos. Mon corps ne semble pas s’être suffisamment acclimaté. On reste par ici et on reprendra la route le jour suivant.

On a bien fait, nous avons dormi 12h !!!! Direction le parc national. On monte jusqu’à 4135m max. Les paysages montagneux sont sublimes. Les couleurs incroyables. On passe des montagne sèches et jaunies, aux roches rouges. On a eu la chance de voir des neiges éternelles, d’apercevoir des plateaux avec des petits villages, mais aussi des plaines avec des vieux murets en pierre qui encerclent 3-4 vieilles maisonnettes en pierre elles aussi. Difficile de voir si elles sont habitées ou abandonnées, mais nous n’avons pas vu beaucoup de civilisation dans ces petits hameaux. Nous avons également aperçu nos premiers lamas ! Cette route est un pur régal bien qu’elles soient longues et pleines de virages, mais le jeu en vaut la chandelle !!

Sur la route nous avons croisé les Teissuenos qui nous attendaient tranquillement. Les enfants avaient sorti leurs cerfs-volants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *