Salpétria d’Humberstone, Vendredi 25 Janvier – CHILI

Une fois de plus c’est après avoir papoté avec nos lyonnais préférés qu’on a pris la décision d’aller découvrir ce lieu. A priori c’est pas le truc qui nous emballe mais c’est sur la route et, cette fois encore, les commentaires sur Ioverlander sont très bons. Nous allons donc nous faire notre propre idée en y rentrant.

Nous avons voulu tenter la visite de groupe mais, pour la première fois, on n’a rien compris dès les 5 premières minutes ! On a donc quitté le groupe. Je ne sais pas d’où venait ce guide mais ouille ouille ! Il parlait muy rapidamente  (très rapidement) et avec un accent de je ne sais quelle tribu !

Le salpêtre a été extrait sur ce site durant des années(19e et 20e s.). Tout comme pour la mine de cobre (cuivre) de Chuquimata il s’agit d’un campamento. Les maisons et édifices, laissés et l’état sont le témoin de la vie quotidienne au sein de la cité. Une fois de plus on y trouve des commerces, des écoles, un théâtre. Le programme d’amélioration du campamento datant des 30’s a également vu naître un hôtel avec restaurant et bar, aisni qu’une grande piscine.

Le campamento est tr-s grand et nous avons mis plus de 2h pour en voir l’essentiel : le campamento et le site industriel où étaient retraités les pierres. Il y a l’atelier de réparation des locomotives, les ateliers mécaniques et des machineries diverses. On a l’impression de faire un voyage dans le temps. En plus il y faisait une de ces chaleurs (+ de 35°). Un petit air de Far West quoi !

Il y a eu un événement véritablement tragique de cette officina salpetria en 1907, ainsi que dans d’autres. Un gros mouvement social de la part des travailleurs s’est produit. Les travailleurs en avaient ras la casquette de leurs conditions de travail terribles et surtout de leurs salaires de misère alors que les hauts dirigeant, comme toujours, touchaient de gros bénéfices. Des ouvriers ont alors commençaient à faire grève puis le mouvement s’est répandu dans une grande majorité d’officinas salpetria. La proximité d’Humberstone avec le Pérou et la Bolivia a pour conséquence une mixité des nationalités. Le mouvement social était si important, au bord de l’explosion, que les représentants de ces deux pays ont demandé à leurs concitoyens de rentrer. Assez peu ont accepté en diant qu’ils travaillaient avec les chiliens et qu’ils mourraient avec eux s’il le fallait. Malheureusement ça n’a pas manqué. Les grévistes ont été rassemblés par les forces de l’ordre au sein d’une école et ils les ont massacré, à bout portant quasiment, avec des armes de guerre : des sortes de mitrailleuses capables de tirer 650 balles à la minute. Une véritable boucherie. Un moment très marquant pour toutes les personnes liées de près ou de loin à la production du salpêtre au Chili.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *